fbpx

Constance Le Prince Maurice : 10 ans déjà !

Pour une poignée de poivre...

Les parfums des mers chaudes se mêlent à l'arôme des épices.
(1598 => 1998)

Pendant des siècles, l'imaginaire occidental a été dominé par les senteurs des épices des îles de la route des Indes. Leur odeur imprègne le rêve et parfume les îles de l'océan Indien : secrètes aux rivages paisibles, gorgées de fruits et de fleurs, douces à vivre pour qui saura les atteindre. A l'époque, la valeur des épices est telle qu'une poignée de poivre équivaut à un galion chargé d'or !

L'hôtellerie mauricienne rend hommage à ce Prince Maurice (Maison d'Orange et de Nassau), qui a ouvert la route des épices et a donné l'impulsion au commerce des "essences divines". C'est d'après son nom que notre île fut baptisée : l'île Maurice, escale de prédilection des Hollandais et, plus tard, centre de diffusion des épices d'Asie grâce à Pierre Poivre.

L'imaginaire des îles de l'océan Indien n'a cessé de grandir pendant des siècles au-delà de la quête des épices, si bien qu'au 21e siècle le développement des voyages touristiques a drainé naturellement une soif de connaissance de cette région.

En novembre 1998, quatre cents ans après, l'île Maurice renoue avec les fils du passé en créant CONSTANCE LE PRINCE MAURICE, le fleuron de l'hôtellerie 5 étoiles luxe et l'expression d'une nouvelle génération d'hôtels.

Niché au sein d'un site d'une exceptionnelle et unique qualité, Constance Le Prince Maurice est un hôtel mythique, baigné par un lagon aux eaux calmes, à l'abri des vents dominants.

Le site est l'écrin d'un paradis naturel prédestiné.

Le Prince Maurice

Un imaginaire et des symboles

En 1598, les Hollandais sur la route de la conquête des épices entrent dans l'Océan Indien à la recherche des îles Moluques, à l'époque unique territoire où poussaient les épices. Ils feront de Maurice une base arrière au même titre que Cape Town, qui lui sera préféré par la suite.

Les Hollandais sont donc les premiers hommes à s'installer dans l'île. Certains imagineront que les Omanais, longeant la côte est de l'Afrique vers Zanzibar (leur base) pour effectuer le commerce lucratif des esclaves, aient pu, tempêtes aidant, accoster à Maurice. D'autres imaginent que les Portugais, aussi dans la course de la recherche des épices, aient pu s'y ravitailler en eau fraîche. Mais aucune preuve ou évidence ne permet d'adhérer à ces suppositions.

Il reste que les Hollandais constituent les premiers habitants des lieux. Au cours de leur établissement, ils introduisirent la culture de la canne à sucre, les cerfs de Java, des espèces végétales variées et diverses... même s'il est dit qu'ils exterminèrent le Dodo pour le consommer !

On a du mal à imaginer aujourd'hui combien cette quête des épices avait d'importance à l'époque. Ces fameuses épices avaient fait la fortune de Venise, du Portugal et fera celle de la Hollande, nouveau pays juste émancipé de la tutelle espagnole. C'est sous le deuxième monarque hollandais (Stadthoulder – Prince de la Maison d'Orange et Nassau) Maurice, fils de Guillaume, que cette épopée est née. Les Hollandais garderont jalousement la maîtrise du commerce des épices pendant près de 200 ans. Le premier qui réussit à soustraire des plants précieux fut Pierre Poivre (qui viendra s'installer à l'île Maurice un peu plus tard). Il vola quelques plants de muscadiers, devant s'y remettre à deux fois car les arbres de la première dérobade moururent, et il les planta à Maurice ainsi qu'aux Seychelles afin d'augmenter les chances de survie en répartissant le risque.

La boucle est bouclée 400 ans après !

Bien naturellement, la symbolique et l'imaginaire du Constance Le Prince Maurice s'inspirent de l'influence hollandaise et des épices. L'hôtel porte le nom prestigieux du Prince régnant et a pour logo une noix de muscadier.

Les lieux fourmillent de rappels de l'époque : dans le mobilier et les peintures (dont certaines pièces sont des originaux et d'autres des reproductions), dans les couleurs d'ameublement et celles des uniformes, dans les parfums dont les senteurs embaument les lieux, dans les centres de table composés d'épices diverses et différents chaque jour et, bien sûr, dans la cuisine.

L'esprit culinaire de Constance Hotels Experience est né au Prince Maurice. Le principe de base est la sublimation du produit par l'épice. Loin d'étouffer le goût, le ou les épices ont pour objet d'aviver et de révéler les saveurs du produit, lequel est servi sous différents modes de cuisson de manière à en faire revivre les différentes facettes.

A partir de là aussi, les cuisines de l'hôtel ont revisité les mets et recettes des "temps lointains" afin de les offrir dans leur plus bel habit. Et pour poursuivre le rêve, un livre de recettes spécifiques a été édité et fait date (Editions Solar).

L'architecture aussi participe à l'inspiration des mers chaudes !

L'architecture du Prince Maurice

Tout d'abord, un bâtiment central surdimensionné afin de rendre la majesté des lieux. Ensuite, une absence pratiquement totale de murs dans ce bâtiment, afin de convier à cette communication, en symbiose avec l'écrin du Prince Maurice composé de l'alchimie entre lagon et nature.

Ensuite, des toits de paille de canne à sucre, non seulement afin de marquer l'époque mais aussi comme un clin d'œil à l'introduction de cette plante par les Hollandais. A l'entrée de l'hôtel, à côté de l'auvent, deux plants de canne en terre soulignent encore ce rappel.

Une utilisation massive des charpentes en bois pour souligner l'attrait qu'avait ce matériau sur les hollandais de l'époque, puisqu'ils se sont approprié le bois d'ébène qui poussait à Maurice.

Et puis, au centre du hall d'entrée, la marque des 4 points cardinaux, symboles de la navigation de l'époque, avec 4 vasques d'eau pure en débordement, car l'eau fraîche fut la première motivation de l'abordage de l'île Maurice.

A partir de ce point central, le regard à droite vers l'est est ouvert sur les jardins (les marins de l'époque avaient le regard tourné vers l'est, les îles Moluques). Le regard gauche est bloqué par des marches (symbole de l'ouest, d'où l'on vient et où l'on a essuyé maintes tempêtes). Au sud, un pont marquant la rupture avec le passé laissé derrière soi. Et devant, au nord, le lagon dans le prolongement de la piscine, de la même teinte, pour évoquer la quiétude du marin arrivé sur cette terre bienfaisante de l'île Maurice, à l'image du touriste d'aujourd'hui.

L'arrivée à Constance Le Prince Maurice est aussi une séquence d'émotions.

A l'extrémité d'une presqu'île isolée, la progression vers Constance Le Prince Maurice a pour première étape une majestueuse grille de fer forgé en forme d'arbre du voyageur. Loin de s'offrir, Le Prince se laisse encore désirer car, la grille passée, un chemin serpente paisiblement contribuant à l'attente sans la forcer. On pressent entrer dans un univers privilégié au sein d'une végétation à demi découverte car très symboliquement marquée de ci de là par la main de l'homme.

Bordé d'une profusion d'arbres du voyageur adultes, l'auvent rappelle la grille et que l'on touche au but. A son pied, s'offrent alors des marches qui rendent aveugle la perspective et accentuent l'attente. Ces marches mènent à une première plate-forme qui laisse percevoir l'objet du voyage mais montre aussi que seul le franchissement du pont en bois qui suit permettra d'accéder pleinement à l'objet de la quête.

Il est important de noter qu'ici les concepteurs se sont inspirés de la topographie des temples grecs dans la succession des salles menant au dieu ou à la déesse.

Le pont passé, plus question de se retourner vers son quotidien laissé derrière soi. Le champ visuel se rétrécissant par la présence de deux colonnes, force le regard et l'attente. S'ouvre alors, après quelques pas décisifs, un large panorama aquatique ensoleillé, de chaque côté duquel deux plates-formes (terrasses) dialoguent de part et d'autre avec les eaux du lagon et de la piscine à perte de vue, confondues par la couleur toujours en adéquation.

Si vous arrivez la nuit, l'effet visuel est inversé car recentré sur le lieu par un jeu architectural de lumières en perspective.

« Petit pont, je ne te franchirai pas à nouveau car j'ai trouvé mon espace de bien-être ! »

Constance Le Prince Maurice, c'est aussi une symbolique de bien-être

La plage du Prince Maurice

Les multitudes de bassins parsemés de part et d'autre donnent à Constance Le Prince Maurice l'allure d'un fier navire qui vogue vers des rivages paisibles et doux à vivre.

Bien sûr, une bonne partie des principes Feng-Chui ont été mis en pratique dans l'hôtel. En particulier la circulation des énergies, le Chi, qui a largement participé à l'élaboration du produit. Ainsi, la hauteur des lits par rapport au sol a été étudiée pour faciliter la circulation du Chi. Dans la première salle du restaurant L'archipel, les colonnes intérieures en béton sont au centre de la pièce et celles en bois à l'extérieur, augmentant une concentration des énergies vers le centre de la pièce, etc.

L'orientation du bâtiment principal vers le plein nord le protège des vents dominants du sud-est, mais participe aussi au bien-être ambiant. Il y a également dans ce bâtiment une symétrie qui concoure à l'équilibre de l'ensemble.

Bon nombre d'autres symboles sont parsemés au gré des bâtiments et de leurs agencements.

Le Lounge Bar est significatif de cette volonté puisqu'il est dédié à la fleur de lotus, dont tout un chacun sait qu'elle est mère de toute vie, quelle que soit la croyance à laquelle on se rattache. La fleur incarne le principe féminin ou passif de la manifestation qui l'assimile à un réceptacle, une coupe, un vase, recevant l'influence du principe masculin ou actif. Cette distinction entre principes passif et actif se retrouve dans les différentes formes traditionnelles : Prakriti/Purusha en Inde, yin/yang en Chine, féminin/masculin en Occident. De l'union de ces deux principes naît la manifestation de l'être et de toutes ses possibilités de réalisation. Dans le symbolisme bouddhique, le lotus représente la pureté du corps, de la parole et de l'esprit, comme flottant au-dessus des eaux boueuses de l'attachement et du désir.

Ecrin essentiel, les jardins ont été façonnés pour laisser cette impression de naturel avec des touches invisibles, comme les centaines de jasmins de nuit embaumant dès la tombée du jour.

De la bibliothèque au prix littéraire

Comme peu d'hôtels dans le monde, Constance Le Prince Maurice possède en son sein une vraie bibliothèque. Celle-ci trouve son prolongement dans le prix du roman d'amour décerné chaque année alternativement en français et en anglais depuis 2002.

Socle d'une communication différente, le prix littéraire récompense des auteurs des divers continents ayant tous en commun ce sentiment d'amour, car il n'y a pas de vacances sans affectif, surtout sur notre île. Aussi, l'objectif de ce Prix est de perpétuer les liens culturels entre l'île Maurice et l'Europe, en particulier avec la France et la Grande-Bretagne, qui ont une histoire culturelle commune à Maurice.

Mais le prix littéraire de Constance Le Prince Maurice a une autre dimension auprès du public mauricien, dans la mesure où les auteurs et les membres du jury (mauriciens et étrangers) parcourent des écoles sélectionnées ainsi que l'université de Maurice, afin de témoigner sur l'écriture et d'encourager l'étude des langues anglaise et française.

En outre, à chaque édition, l'hôtel offre deux bourses d'étude à deux étudiants mauriciens afin de poursuivre leur cursus en Angleterre et/ou en France.
Ce rayonnement qu'initie l'hôtel donne un nouveau sens à la communication et à l'événement lui-même, avec un volet social et éducatif.

Le barachois et les sirènes du lac

Prince Maurice

Un lac pour un restaurant flottant au sein de la nature vierge avec les poissons pour témoins... à moins qu'une sirène apparaisse !

Unique à l'île Maurice, grâce à l'exclusivité et l'abri naturel que constitue ce lac - "barachois" en mauricien - là où autrefois était pratiquée la pisciculture et où est encore parfois passée la senne.

Un restaurant flottant agrémente le côté "maritime" du concept.

Mais aussi intéressant est le cheminement pour y accéder, sur une plate-forme en bois comme le pont d'un bateau, à travers la mangrove et les pierres de lave qui figurent l'ile Maurice naturelle, avant que l'homme y mette pied. Cette île Maurice formée de coulées de lave, avec une végétation luxuriante, où seuls poissons, oiseaux et dodos exultaient, libres au milieu d'une généreuse végétation qui pourvoyait à tous leurs besoins.

A nulle autre pareille, cette navigation en couple, au soleil couchant sur le lac du barachois au milieu des oiseaux de mer, avec la vue face à l'est sur les montagnes volcaniques au loin ; avant de se restaurer au restaurant flottant.

Le Maurice de l'intérieur, souvent ignoré des touristes, offre ici sa pleine expression en complément d'une journée de plage au bord du lagon.

Réserver un séjour au Prince Maurice